Wesh les zincou.e.s, n'oubliez pas de manger 5 fruits et légumes et de boire une dizaine d'ennemis par jour.

T KI ZONE

Bonjour.

Je vais par le nom de Akif. Bienvenue sur mon blog.

Mon site porte mon nom, mais avec un f en plus. Pourquoi cette lettre en plus ? Merci de poser la question. En fait c’est très simple. Ça remonte à l’époque où j’étais casque bleu en Tchétchénie. Vous savez sûrement que, en ces temps, il n’existait ni eau chaude ni internet. Les gens ne pouvaient donc pas Googler mon nom pour vérifier l’orthographe sur Wikipédia. Aussi, la plupart des tchétchènes ayant un nom à consonance russe, ils se sont empressés d’adopter l’orthographe Akiff (ou Akiv, ou même Akov, ou encore Kapov selon les cas). J’ai gardé cette manière de l’écrire en hommage à mon ancien coéquipier mort dans mes bras sous les bombardements à Sarajevo. Je me souviens de ses derniers mots, ses dernières syllabes…

N’oublie pas… De dire à ma f… À ma ff… ma ffemme…

Bref, un réquisitoire clairement pro-double F. Mais soit. Ce fut un moment déterminant pour moi, car ce jour là j’ai appris ce que je voulais faire de ma vie. Je voulais devenir journaliste, afin de montrer au monde l’horreur de la guerre.

Ma garnison. Vous pouvez me reconnaître au 3ème rang, en train de me distinguer du troupeau, comme d’hab.

J’ai postulé dans une école, et j’ai passé le concours. Cet examen était une formalité, bien entendu, pour quelqu’un d’aussi déterminé que moi. Mais il s’avère que les formalités, parfois, ça peut être compliqué aussi. Genre les formalités administratives par exemple. Y’a toujours des cases que j’arrive pas à remplir. Bah là c’était pareil. Sauf que c’était toutes les cases, que j’ai pas réussi à remplir. Alors ils m’ont dit de partir. J’étais triste…

S’en est suivie une période très trouble de ma vie. J’aimerais… J’aimerais ne pas revenir dessus. Non, vraiment. Non. S’il vous plaît, n’insistez pas – non, mais – je veux dire, j’ai pas envie de – oui, peut-être – non, c’est non, mais oui – oui d’accord – bon, si vous insistez. J’ai été employé dans des entreprises à des postes subalternes. Ma vie en dehors du boulot ne se résumait qu’à des sessions de navigation privée sur Firefox, entrecoupées de consultation de ma boîte mail, espérant qu’un ange inconnu, qu’un mécène mystérieux, qu’un milliardaire généreux me tire de ce gouffre. Et, mes amis… Il est apparu.

On devrait transformer les pôles Nord et Sud en Pôles Emplois afin d’éviter qu’ils ne disparaissent.

Je n’étais désormais plus un vulgaire ouvrier qui ne survivait qu’en mettant en action les mêmes mécaniques stupides et répétitives. Finis les supérieurs au regard méprisant, finis les collègues jaloux de mes nouvelles chaussures de sécurité. Finie la machine à café qui m’arnaque en me donnant de l’eau chaude à la place de ma boisson. Et ce soi-disant numéro de téléphone de la maintenance qui tombe directement sur le répondeur… Finies les humiliations. Aujourd’hui, j’ai un statut. Aujourd’hui, on me respecte, aujourd’hui, on me donne accès à des conseillers (comme le Président de la République). Aujourd’hui, on me réserve des tarifs préférentiels, aujourd’hui, on me donne de l’argent même si je ne fais rien, même si je passe ma journée à regarder Stargate SG-1, même si je regarde en boucle le même épisode (celui où Teal’c et le Colonel O’Neill échangent leurs corps). Je suis temporairement rentier, je vais au supermarché à 15H, et vous savez quoi, j’ai juste à cocher quelques croix une fois par mois pour ça. Vous l’aurez compris. Je suis chômeur.

 

Note : sinon j’ai créé le blog parce que je me faisais chier

Disclaimer

À l’attention de toute personne passant sur ce site internet.

Tout ce que je dis ici n’a pas pour vocation à être pris au sérieux. Mon père ne l’a jamais fait, c’est pas vous qui allez commencer. Aussi, si je tiens des propos racistes, homophobes, sexistes, discriminatoires, ou même de droite, je tiens à faire valoir ma garantie “c’est juste pour rire, voyons” ainsi que ma carte de demandeur d’emploi qui théoriquement me permet d’avoir une réduction voire la gratuité dans différents musées. Quel rapport, me direz-vous. Aucun. Mais qu’il est bon de faire valoir ses privilèges, comme si je secouais quelques liasses de tickets d’entrée au musée du Quai Branly sous vos nez disgracieux que même un peintre pervers et syphilitique de la Renaissance bah il aurait pas voulu dessiner.

Reçois du courrier électronique
Le courrier du futur

I consent to the terms and conditions

Meilleure newsletter du monde

Privacy Preference Center